Blogia
gramophone

Sociologie

Je suis riche? Yo soy rico?

Je suis riche?  

 

Yo soy adinerado?


IN SPANISH AND THEN IN FRENCH


Tengo cuenta al escribir este texto, la sugestión de mi gran amigo y abogado el doctor ATHEORTUA. asi que lo que soy gracias à mis profesores à quienes agradezco siempre.

 

No podemos decir que todo es negro o todo es blanco, la riqueza es como los colores, hay una amplia gama entre el blanco y el negro, un arco iris.

 

Sin embargo debemos admitir por razones de estadística y de lógica económica que entre las clases sociales, en Francia se han creado 10 grandes grupos en función de la situación socio-profesional. 

 

Los sociólogos establecen dos grandes grupos:  la clase obrera y la burguesía; Algunos intelectuales de renombre admiten que toda aquella persona que debe realizar una actividad regular de transformación de materia para subsistir (trabajar) pertenece a la clase obrera.

 

Mientras toda persona que dispone de suficiente capital para vivir sin necesidad de recibir dinero en forma de salario, pertenece a la burguesía.

a condición de recibir mas dinero del que puede usar en una sociedad donde el consumismo empuja hacia los más diversos y a veces absurdos placeres.

Una vez definidas dos grandes clases sociales, es más fácil adoptar la defensa de la posición personal

IN FRENCH

Je tiens ici compte des suggestions de mon grand ami et avocat docteur ATHEORTUA

Nous ne pouvons dire que tout et noir ou blanc, voilà que la richesse est comme les couleurs; il y a une large gamme entre le blanc et le noir, tout un arc en ciel.

Malgré quoi nous sommes dans l’obligation d’établir pour des raisons statistiques et de logique économique entre les classes sociales, des groupes.

En France sont établie par exemple pour l’INSEE ( L’Institut national de la statistique et des études économiques) dix grands groupes en fonction de leur catégorie "socioprofessionnelle"

Les sociologues quant à eut, ont établit deux grands groupe: La classe ouvrière et la bourgeoisie; Quelques intellectuels de renom admettent que toute personne qui doit réaliser une activité régulière de transformation de matière pour subsister (travailler) appartienne à la classe ouvrière.

Tandis que toute personne disposant de suffisant capitale pour satisfaire sans s’interdire le moindre caprice, c’est à dire sans jamais avoir besoin de recevoir du salaire, appartienne à la bourgeoisie.

De toute évidence qui reçoit plus d’argent que celui qu’il capable de dépenser, malgré une société "consommateoriste" qui pousse vers la plus ample gamme de dépenses parfois absurdes.

Une fois ayant trouvé la classe sociale à la quelle nous appartenons il est aisé de défendre sa position personnelle. Cela dit la méconnaissance pousse une grande majorité d’individus à se tromper et même de défendre avec véhémence une autre classe

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez

Avec une petite pensée pour mes grand professeurs, le licencié en sciences sociales Julio Cesar Aguirre Ruiz, de l’Institut Technique Industriel de Cartago Valle en Colombie, les professeurs AREIZA, professeur d’Epistemologie, el "loco CARLOS, professuer d’Arts Plastiques, "doña COSUELO" ma professeur de psychologie, touts professeurs à  l’Université Technologie et Pedagogique de Pereira Risaralda en Colombie, beaucoup de personnes, m’ont apporté par la suite, un enseignement très riche, mais la législation française et "un milieu sociale particulière tatillon" dans lequel j’ai dois rester laconique ou lapidaire m’interdissent citer des noms des personnes qui m’ont appris l’importance de la rigueur et le sens de la conscience professionnelle. Je garde d’eux le souvenir de leur passion pour la perfection et l’exactitude qui fait que je les admire malgré toute sorte de critique.

http://actualite.forumpro.fr/t127p15-pauperisation-programme#1353


¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

Le chien qui court derrière sa queue

FABLE

co-écrit par Eric Allmen et votre serviteur "gramophone"

TITRE: "Le chien qui court derrière sa queue"

PREMIERE PARTIE

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=240&messageid=1720898&threadid=1720898

Mes plus sincères excuses pour la qualité du texte car le français n’’est pas ma langue maternelle.

Dans un exemple criant de vérité, nous pouvons parler de consommation.
L’’économie mondiale est comme un très long train. (Dans un but pédagogique afin d’’être compris par les enfants). Le nombre de wagons de première classe étant de deux et le nombre de wagons de deuxième classe de huit.

La première classe se trouve toujours à 3/4 vide, la deuxième, est à ¾ pleine. Le tarif en première classe est le double voir plus par rapport à la deuxième (normal il y a bar, restaurant et même des toilettes). Pourtant le train gagne plus d’’argent avec les billets de deuxième classe.

Notre train circule au quotidien entre les pyramides de Gizeh et le temple d’’Artémis à Éphèse; il passe par le phare d’’Alexandrie puis en route il est possible d’’admirer: le Mausolée d’’Halicarnasse, les jardins suspendus de Babylone et le colosse de Rhodes.

Avec les années, le train est de moins en moins utilisé par les passagers de première classe, au point qu’’un jour la société d’’exploitation, craignant devoir affronter une crise (étant donné que les nantis et intellectuels, ne s’’intéressent plus à la magnificence du voyage) cherche à unifier les wagons, même si juste avant un savant et prix Nobel d’’économies de l’’époque, membre du conseil d’’administration de la société dit:

- "ce n’’est pas les ignares, gueux et béotiens qui vont continuer à l’’emprunter" -

PARTIE II

http://forums.lefigaro.fr/user/non-frames/message.asp?forumid=240&messageid=1720907&threadid=1720907

En quelques années, les nantis fidèles au train, commencent à faire usage de leurs économies pour voyager dans leur calèches (très modernes, sans point de chevaux, mais de puissantes et bruyantes machines, dotées d’’un confort jamais atteint dans les autres pays du monde).

Les bourgeois en question, décident de racheter, chacun une partie de la propriété du train.

Les années passent, nombre de commerçants utilisateurs quotidiens du train, pour d’’autres besoins que pour le tourisme et la contemplation (pour aller d’’une ville à l’’autre dans leur travail de chaque jour) ont emboîté le pas aux riches, voyant les dividendes, "l’’excellente rentabilité".

Cela a été le coup de grâce à la fréquentation du train quotidien entre les pyramides de Gizeh et le temple d’’Artémis à Éphèse. A la fin de la période, aveuglés par l’’ambition, même certains gueux étaient devenus des notables actionnaires du somptueux train "Gizeh Éphèse".

Alors que les 8 wagons devenaient de trop, il ne restait plus que deux. Même à quatre wagons, le train "Gizeh Éphèse" n’’avait plus que la moitié de sa capacité, puis un quart utilisé, ainsi il périclite au bout d’un temps.
Aujourd’hui, "d’’un si splendide train", il reste, quelque part, dans un cimentier des trains, à peine des vestiges, les huit cents personnes, qui travaillaient à son époque de gloire, sont devenus pire que des gueux, des miséreux.

Les nantis eux ont flairé à l’’avance le coup et le roi leur aurait même aidé financièrement en guise de dédommagement et vivent dans un pays lointain, dans des palais dignes et somptueux.

Les anciens usagers de deuxième classe, ont perdu leurs économies, et doivent reprendre bientôt des calèches et des chariots avec des vrais chevaux, encore que certains ne pourrons même pas payer un cheval.

Voici le texte d’’un ignare, d’’un illettré, c’’est bien le cas, car je n’’ai pas eu la chance de fréquenter l’’école de Charlemagne.

Je vous laisse le soin d’’adopter une moralité...

N.B.: Mes excuses les plus sincères pour l’’illisibilité du texte, car je ne
sais pas écrire avec cette si belle langue de Voltaire, Molière et tant des grands hommes qui signifient la grandeur de la langue française et du fait de la Nation entière.

Merci Eric Allemen professeur de l’éducaiton en France

de la société, la morale, l'économie et le système

de la société, la morale, l'économie et le système

de la société, la morale, l’économie et le système

par Nestor Elias Ramirez Jimenez (gramophone)
Joigny France, lundi 11 avril 2011

La coutume, ainsi, est le grand guide de la vie humaine. phrase de David Hume dans "Essai sur entendement humain"

Combien de notables intellectuels aurons abordé depuis de siècles de différents angles les problèmes de la société? Je ne pas envie d’avoir l’air pédant, prétentieux donc je vais juste effleurer en peut des mots un sujet qui me passionne.

1° La société et les sciences
2° La psychologie et le capital
3° Un leurre
4° L’équilibre rompu
5° Naissance apogée et déclin


1° La société et les sciences

Le comportement humain est modifié pour divers facteurs, où l’environnement prend une place capitale, dans la construction du futur citoyen. La science par son évolution est un des facteurs principaux dans l’évolution des meurs.

Soit sous la vision de J. B. Watson dite du behaviorisme, ou encore de J. Piaget sur la construction des connaissances, pour les récents parmi tant d’autres, soit encore sur la base de la pensée des précurseurs, je vais citer un extrait, d’un livre qui traite la conception d’Aristote sur des concepts comment l’âme, la psychologie, la morale et la politique:

…"En effet, la vertu morale nous fait supporter avec calme la peine et la douleur; elle nous fait éviter l’excès du plaisir. Traiter de la vertu n’est donc pas autre chose au fond que traiter des plaisirs et des peines; car l’homme vertueux est celui qui sait en faire un bon usage, et le vicieux celui qui en fait un mauvais.

Des observations de détail ne peuvent manquer de répandre plus de lumière sur le sujet des mœurs.

De plus, l’éloge et le blâme donc la vertu et le vice sont l’objet, ne s’adressent qu’à ce qu’ils contiennent de volontaire; il est donc nécessaire, quand on traite de la vertu, d’expliquer la différence du volontaire et de l’involontaire.

D’ailleurs, c’est la vertu purement humaine que l’on considère en morale; or on entend par vertu purement humaine, non celle du corps, mais celle de l’âme"…

(La psychologie d’Aristote par C. Waddington-Kastus)

2° La psychologie et le capital

Nous ne pouvons pas passer indifférents à coté du travail soigné de tant d’autres hommes célèbres, en même temps nous serions dans le plagiat, tout simplement si nous cherchions à prendre les idées et les déposer ici, presque comment un délit.

Alors nulle ne doute que les lectures influencent la pensée, comment la télévision que j’évite influencerait ma lucidité, au point de troubler la conception même de la société.

Chaque nation dispose de ses qualités et ses défauts, pour ainsi dire des spécificités, qui la rendra différente aux autres nations, sa position géographique, sa taille, sa langue, son évolution démographique, etc.

Si chaque nation est donc différente, nulle doute que son évolution saura différente, et sans doute que son développement pourra être modifié, mais alors avec un travail très complexe.

Certains personnes illustres dans la société, auraient la tentation de copier des nations voisines leur tactique. Je doute qu’il soit judicieux, une telle action, je crois même que c’est une erreur, d’ailleurs à l’époque de David Hume, déjà en France il y avait une fascination pour la gestion politique de l’Angleterre. Dans un sujet j’ai déjà fustigé, le travail de J. M. Keynes et son homologue Américain, H. D. W. qu’ensemble à Bretton Wood le 22 juillet 1944 ont posé les fondations de l’œuvre que Margaret Thatcher à su impulser, dans sont temps, avec aussi le travail concocté depuis cette date par deux grandes groupes qui sont la BM et le FMI.

3° Un leurre

Sous couvert d’accord quant aux tarifs douaniers, les verrous des nations, sous forme de réticences auraient sautée, la clé fut alors trouvé pour ouvrir toutes les portes; c’est le GATT, devenu de nous jours OMC.

En réalité, les idéologues de l’époque ont d’une pierre fait deux coups, d’une ils ont réussi à imposer depuis le libéralisme débridé, et d’autre ils ont anéanti la poussée du communisme, puisque après la perestroïka et la chute du mur de Berlin, le régime URSS, n’est qu’un lointain souvenir.

4° L’équilibre rompu

Comment en physique, en mécanique du mouvement; deux forces qui s’opposent s’annulent, lorsque deux empires coexistent alors ils sont obligés de faire usage d’un maximum d’imagination pour chercher à donner une image de réussite et harmonie. La présence des URSS face aux USA, permettez pour ainsi dire un équilibre de masses, ni l’un ni l’autre pouvais se vanter sans que l’autre aurait une réponse, même dan la concurrence pour la lune.
Une fois l’obstacle anéanti, le seul empire sur la place se permettra d’abuser à outrance de ses prérogatives, de son pouvoir pour dépasser le terrain du raisonnable

5° Naissance apogée et déclin

Toute l’histoire de l’humanité est jonché de cadavres des empires des plus anciens et puissants aux plus barbares et violents. L’empire du libéralisme débridé, donne des signes de déclin, comment toute civilisations, les carthaginois, les faits bibliques de Sodome et Gomorrhe, tout empire donne des signes de sénescence à travers du changement de meurs, des déviations, des altérations, des pratiques, qui deviennent amorales, pratiques séditieuses, comportement abjectes, la banalisation des pratiques comment l’infanticide, des dérives dans la sexualité, déguisés du prosaïsme, des pratiques commerciales spéculatives arrivaient presque à être dans l’air du temps et la banalité. Un faisceau de preuves de la fin d’un système

La aviación francesa destruye 4 blindados de Kadhafi

Ultima hora sobre la libia

sábado 19 de marzo del 2011 a 21:00

Los aviones franceses actuando en libia ha destruido esta tarde cuatro blindados de la armada fiel a Kadhafi al sur este de Benghazi según la cadena de televisión Al Jazira

Un responsable del ministerio de defensa de Libia confirmo el ataque sin dar mas precisiones; según el cual es una violación grave y una injerencia de las naciones unidas, que cito

“pagaran caro los países, de la región, y transformara fundamentalmente la situación del mediterráneo”

No menos de veinte aviones de la armada francesa han circulado en la regio de Benghazi de una talla de 150 por 100 kilómetros según anuncio el ministerio de la defensa francesa.

Toda logística de defensa esta en alerta en la región y la más mínima acción de las fuerzas de Kadhafi es detectada, gracias a complejos sistemas electrónicos, apoyados por los progresos tecnológicos, los satélites y los barcos en la región con algunos aviones radar, en prevención de toda intención de actos de represalias del dictador.


La ayuda del Sudan y Arabia Saudita es fundamental así que la liga árabe y la comunidad africana, sin la cual la logística europea no hubiera podido intervenir si rápidamente

Nicolas Sarkozy dijo:

“Es aun tiempo para el señor Kadhafi, de considerar las consecuencias de sus actos, a todo momento puede interrumpir el ataque desproporcionado a la población indefensa, si esto ocurre la s puertas de la diplomacia se habrían de nuevo”

“Francia es un país de paz y estamos dispuestos siempre a negociar mientras la paz sea garantizada"

 

avion hawakey

Cynisme et prosélysme

Cynisme et prosélysme

Par "gramophone" (Nestor Elias Ramirez Jimenez)

Joigny, samedi 28 août 2010 (publié dans la rubrique culture, forum LE FIGARO)

Incompréhension & cynisme

Je suis loin de chercher à choquer qui que ce soit, (parfois il faut choquer, non pas par volonté mais parce que les faits le sont en vérité) mais j’’ai envie de partager humblement des questions, juste des questions, qui nous mènent à lier les défauts majeurs de la société et des symptômes de ces défauts.

Je comprends aisément votre douleur, avec une forte dosse d’’antipathie, sans doute plus dans le domaine de la xénophobe, que dans la haine vers une ethnie en particulière.

Lorsque des événements dérangeant, des troubles à l’’ordre public, au quotidien d’’une cité arrivaient, il est normale que la population, s’’associé et adopte des résolutions, avec le but de réduire les dommages, évitant en tant que possible la répétition de ces troubles.

Les mesures indispensables à la réduction de mouvement de population sont trop simples, et facile à mettre en pratique.

Lorsque cent, deux cents ou plus personnes appartenant à une ou plusieurs ethnies, font irruption dans une bourgade, cela a de quoi inquiéter.

L’’être humain est par génétique, un animal d’’habitudes, s’’attaquer aux habitudes des populations est un forme d’’agression.

Je suis d’’accord, il y a altération de l’’ordre public, c’’est un fait légitime, indéniable.

Maintenant : avec tête froide, avec un minimum de méthodologie et de raisonnement cartésiens, cherchons à trouver la raison pour laquelle cette population se déplace, dans une affluence qui va en grandissant dans le temps ?

Cherchons dans l’’histoire de l’’humanité des pistes ?

Il y a eut par le passé arrivé semblable sur le sol européen ?

Oui, au début des siècles, avec violence, les empires soumettent les uns aux autres, encore en 1940, avec violence, dans l’’ancien Yougoslavie, au Rwanda, au Soudan, les niveau de violence ne rentreraient pas dans l’’imagination de certains braves et nobles citoyens des bourgades d’’Europe peu habitués..!

Oui, il y a eut affluence dans des cales des bateaux, cette fois enchaînes comme des chiens des ethnies, antan pas considéré comme humains, allée faisons omission des conditions de vie de cette population là.

Oui, encore de nous jours, une autre affluence, cette fois…encore ! Et encore ! Viendra et aussi dans d’’autres pays ! Zut alors ! Mais pour quoi ?

Et chaque fois que je trouve une réponse, je vais encore me poser la même question ! Mais pour quoi ?

Et si j’’arrive a la réponse en fin, voilà que le mot "injustice sociale", délinquance financière, spéculation financière et concentration de pouvoir sont au but de mes réponses ! La sociologie, l’’économie politique ne sont pas des sciences exactes, Zut mais alors…!

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

Opposition idéologique

Opposition idéologique

 

Ces derniers jours, j’admets avoir passé le plus claire de mon temps dans des rubriques d’un forum du journal LE FIGARO, mais aussi j’ai pris le temps de voir certains moments clé dans la vie de la république.

 

Je fais allusion à la diffusion en direct de l’évolution de la démocratie au sein de l’hémicycle.

J’entendu, plusieurs orateurs s’exprimer sur divers sujets : la retraite, le bouclier fiscale ; j’entendu quelque fois les émissions sur les commissions diverses.

Je tiens a féliciter plusieurs teneurs de la gauche qu’ont « mouillé leur chemise » en défense des intérêts des classes populaires.

Pour quoi je m’exprime ainsi ?

Allons ! Humain, je suis humain, démocratie ! Je suis pour la démocratie, mais attention très attaché a sa définition étymologique, impartialité, dans une vu humaine donc altruiste, démocratique donc je me compte parmi une majorité du point de vue du revenu !

Je suis près à reconnaître, qu’il y a des gens dans ma situation, qui par ignorance, par iniquité, par cupidité, s’identifient avec la bourgeoisie.

 

Attention !  Nous sommes nécessairement différents, entre les classes sociales, il y a plusieurs classes sociales, qui se différencient par leur revenu, mais je vais expliquer cela par une parabole

 

« Dans une belle mansion, aux volets fermés, dans un grand jardin, se trouvaient plusieurs chiens, ces chiens protégeaient l’enceinte au prix de leur vie  »

Les vrais bourgeois, en fait ne se soucient jamais du sale boulot, mais en même temps les chiens, sont loin d’y connaître la réalité économique du monde parce qu’eux, les chiens, n’ont pas de conscience.

 

défaut d'économie politique

Un défaut majeur, Economie politique

 

Joigny lundi 8 mars 2010

Par Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ

 

Les grandes analystes financières, s’évertuent à expliquer de mille et une façons, les causes de la crise financière.

 

La liquidité financière, d’après les érudites, arrive à faire défaut, mettant en péril le système entier.

 

Nous oublions trop vite une idée fondamentale écrite en 1889 par John Stuart Mill dans "système de logique" Là, Monsieur Mill affirme que l’être humain cherche la manière la plus facile de faire fortune.

 

Ors la politique global, incite par la fiscalité à tout; sauf à gagner de l’argent par la transformation des matières, par la production ou création de la valeur ajouté.

 

Si nous regardons la fiscalité dans la plus part des pays dit développés la fiscalité reste un élément clé de l’attractivité territoriale et de la compétitivité. Cette fiscalité fonctionne avec un siècle de retard sur le système économique mondial.

 

C’est la faute majeur, du système capitaliste, naturellement facilité ou favorisée de manière à permettre de faire fortune rapidement comme l’explique monsieur John Stuart Mill déjà en 1889.

 

Ce n’est pas le travail de création de valeur ajouté qui permet de s’enrichir, mais la spéculation avec le fruit du travail. Ainsi 90% de revenu dans le monde est issu des marches financières alors que 10% est le fruit du travail de la transformation de la matière. Cela ne choque personne?

 

 

Je suis naïf quoi...!

Je suis naïf quoi...!

 

Titre:  "Je suis naïf quoi"

Dans la photo intervention du camarade représentant  syndicale des métaux  dans l’Yonne lors d’un congre du 19 décembre 2009 à Apoigny

Auteur: Nestor Elias Ramirez Jimenez (gramophone)

Lien original: http://www.votrejournal.net/Oui,-je-sais,-je-suis-un-naif_a486.html

Au quotidien nous participons chacun de notre façon à une société, de caractéristiques changeantes, en évolution permanente. Une société dans la quelle les normes ne peuvent donc être adaptées à la relation entre les êtres...


Même si les plus connaisseurs dans le domaine de l’économie le voulaient, ils ne pourraient avancer des prévisions sûres sur le comportement de l’économie mondiale.


Il existe plus d’une douzaine d’organismes de taille mondiale, qui en permanence font des études ou prévisions sur le comportement de l’économie à plus ou moins long terme. Cela dans un strict respect des règles de la société moderne, règles qui s’éloignent de manière vertigineuse d’un équilibre biologique et social fondamental.


L’univers moderne dépend de manière progressive et irréversible d’une nouvelle sorte de norme, qui cherche en particulier la rentabilité : l’objectif est rentabilité à tout prix.


 
Il est nécessaire que l’intelligence, "la classe intellectuelle" de tous les pays et en particulier française - adopte une position pratique et surtout objective, digne de la tradition d’un pays qui a vu naître en 1596 Descartes, en 1606 Corneille, en 1621 La Fontaine, en 1622 Molière, en 1623 Pascal, pour ne citer qu’eux.


Au nom de ces messieurs pour qui j’ai beaucoup d’admiration et surtout de respect, je me dis que nos hommes de lettres, nos journalistes, doivent honorer ce que représente la France devant le monde, en regardant en détail, lors de réunions d’étude, les conséquences, les risques, et les alternatives aux politiques qui ne le sont plus... Puisque par étymologie une politique est une décision devant apporter des bénéfices à une nation ou un peuple qui généralement en a besoin, plus qu’à deux ou trois individus qui - eux - ne vivent pas dans le besoin.


Il s’agit pas de prosélytisme, ni de politique politicienne. Il y va de l’avenir de l’humanité, puisque, par notre indifférence, nous ne confions qu’aux "scientifiques" les règles de la rentabilité, faisant croître un abîme majeur entre les peuples. Abîme qui génère distensions, inconformisme, un gibier frais offert aux intégristes, sectes, et autres groupes extrémistes. Enfin la spirale dans laquelle la misère et l’insécurité ne font qu’aviver la flemme, tandis qu’une minorité semble tout ignorer, avec en prime une destruction démesurée de l’environnement.


Je suis un romantique croyant encore qu’il existe des êtres humains, c’est-à-dire sociables, heureux d’aider, de participer, pour pouvoir laisser un monde meilleur aux nouvelles générations. Je suis naïf, quoi !

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres