Blogia
gramophone

PIRE QUE LA DEPRESSION DU 29

PIRE QUE LA DEPRESSION DU 29

"Pire que la Grande dépression de 1929"


Commentaires de Joseph Stiglitz dans la presse Allemande.

Présente par votre serviteur Nestor Elias Ramirez Jiménez 

Joigny, dimanche 15 février 2009
 
Stiglitz, prix Nobel accuse les banques, les autorités de surveillance et des États-Unis de défaillance  

Selon une estimation de l’économie Joseph Stiglitz est prix Nobel 2001 ; la crise des marchés financiers à certains égards est pire que la Grande dépression des les années 20 du siècle dernier. 

A-t-il déclaré dans une interview avec à des journalistes allemands. La principale responsabilité de la crise reviens avant tout aux banques, les autorités de contrôle et l’administration du président George W. Bush.

"Le plan US de sauvetage n’est pas bien conçu" 

«Je pense que la crise est pire. Le paquet de sauvetage élaboré par le Congrès des États-Unis, n’est pas bien conçu. 

Le problème principal est un trou dans le bilan des banques, le résultat de la passation de mauvais prêts. En fin de il ne s’agit pas seulement d’une crise de confiance, pas seulement d’un problème psychologique - il est arrivé quelque chose de très réel. Le trou dans le bilan doit être rempli - et le paquet de sauvetage ne remplit pas cette condition. 

Par preuve la chute continue des prix de l’immobilier, ainsi que l’expansion de difficultés économiques, depuis les États-Unis vers l’Europe, qui ne suffit pas pour rétablir la confiance. Le résultat probable est la poursuite d’aggravation de la crise. "


Nous avons particulièrement aux Etats-Unis une absence totale de compétence, de leadership à la tête. Le président refuse de faire le nécessaire. Coeur du problème est l’explosion du nombre élevé de saisies. Trois millions d’Américains ont déjà perdu leurs maisons et pour deux millions d’autres cela doit arriver. Toutefois, à partir de ça la faute est rejetée sur le président, capable en revanche, de faire quelque chose. Malgré le paquet de sauvetage peu efficaces. "

L’ampleur de la crise 

"C’est de toute évidence, la pire crise depuis la Grande dépression. À certains égards, elle est encore pire. Dans le cas de la Grande dépression, il y avait une perte de confiance vis-à-vis des banques. Cependant, les banques ont des produits sûrs et simples. Maintenant, nous avons un système économique mondial, avec un niveau élevé d’interdépendance et de produits complexes. "

"Je voudrais aussi dire que si la chute du mur de Berlin, signifiait la fin du communisme ces jours de septembre, signifie la fin du libéralisme, de la croyance que le marché se régule elle-même, sans intervention de l’Etat." 

"Les banques doivent payer" 

"D’abord, je voudrais souligner : Le monde financier doit payer pour ces considérables dommages qu’ils cause à la société. 

Dans l’économie de l’environnement, existe le principe du pollueur payeur : il faut veiller à l’élimination de celui qui est sale. Pour le système financier, cela signifie que les banques ont empoisonné l’économie mondiale, avec des prêts hypothécaires pollués. Maintenant, ils doivent payer pour le nettoyage. 

Vous avez, les banques ont fait des milliards de bénéfices ces dernières années mais : maintenant elles doivent payer la réparation de l’économie américaine et du monde. "

Les banques sont avant tout responsables de la crise. Sa mission est de collecter des fonds, à répartir les risques et à maîtriser. Pour ce faire, ils ont été récompensés. Plus de 30 pour cent de tous les bénéfices des entreprises aux États-Unis sont alimentés par le secteur financier. Mais elles n’ont pas remplis leur tâche. Elles ont réparti le capital, investi dans les maisons, sachant que les gens ne pouvaient pas payer. Vous avez le risque n’ont pas maîtrise c’est elles que l’ont d’abord mis en place. "

"Greenspan doit être tenu pour complicité" 

" La FED et leur ancien chef en tant que responsable du crédit, la dette mais aussi des autorités de contrôle, Alan Greenspan. Pourtant plus de réglementation a été demandé, quand il y eu une bulle il a été averti, il a refusé à partir de l’exposé des motifs, il a dit : Le percevons-nous ? Mais non ! croyant que les contribuables assumeraient des milliards de dollars le coût. " 

"La dette est la volonté du gouvernement du président Bush avec sa mentalité du libre marché. Cette position a été particulièrement encouragée par les républicains, mais quelque fois se trouvé aussi dans les deux parties. Et Wall Street a acheté cette politique, pour gagner encore plus de l’argent. Le tout au détriment des ouvriers américains, des propriétaires de maison, des contribuables et de l’économie mondiale.

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

0 comentarios

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres