Blogia
gramophone

Poue un SMICAR il faudra 7 746 vies pour atteindre les 7 et demi milliards d'euros.

Poue un SMICAR il faudra 7 746 vies pour atteindre les 7 et demi milliards d'euros.

 Production et Administration

Joigny lundi 28 de janvier 2008

Par Nestor Elias Ramirez Jimenez dit "gramophone"

Les faits divers en matière financière, ne sont pas exceptionnels. Une personne risque de porter toute la responsabilité du disfonctionnement qui couvre une technique au fond de type spéculatif.

Dans nombre d'interventions (forum politique économique du journal LE FIGARO) j'ai d'après les lecteurs une vision fallacieuse de l'économie du marché.

Mon grand tort se résume à sonner l'alarme sur un fait fondamental, l'éloignement vertigineux des revenus de la production en tant que transformation de matières premières.

La lecture de ma pensée doit conclure que la base de la capitalisation se trouve réellement distant du système d'échange des capitaux, de manipulation du marché, lequel sans spéculation n'aurait pas beaucoup de rentabilité.

Le rôle fondamental de l'échange des capitaux étant celui de favoriser voir d'être moteur de la production de biens. Puis d'une manière accessoire des services. Hors l'art de faire fructifier le capital par la manipulation pure et simple du marché, voir par des techniques d'anticipation sur le cours ou prix d'un produit, relève du hasard.

Il y a un pourcentage de risque, nous sortons rapidement du cadre des affaires, pour tomber dans l'univers du jeu, pour tant c'est univers reste virtuel puisque le jeu n'est plus ludique mais dangereux du moment qu'il fausse nécessairement les bases fondamentales du marché.

Une règle basique de la nature nous apprend que la terre génère des matières des ressources, que l'agriculture accroit les richesses autant que l'industrie dans tous ces niveaux, par un processus de transformation, nettement matérielle, en quelque sort la pensée de Quesnay à laquelle nous devons ajouter que les ressources naturelles au fait sont non renouvelables, au mieux s'épuisent.

La production financière

Nous allons malgré cela devoir admettre ne ce risque pour éviter d'être tenus pour méprisants au égard des métiers ô combien prolifiques et rentables, intimement liés à la manipulation du marché de l'argent. Sans perte de vue la pensée de Proudhon quant à une manière pour lui discutable de percevoir de la richesse sur le travail d'autrui.

Sincèrement je crois qu'il y plus de mépris du point de vue de l'administration du monde des fiances, par les personnes à la tête de la gestion que par mon discours ici.

Sur un volume de milliards d'euros, le milieu des finances parle des sommes aux alentours de 50 milliard d'euros, le wage pour le malheureux allez tout au plus arriver à 300 mille euros.

Il semble donc que l'individu est touche dans la psychologie, puisque c'est une motivation à son ambition qui le pousse au-delà de la raison et la faible "législation".

Quand le chef n'y connaît rien, aucune équipe humaine n'est bonne !

La place de son supérieur "contrôleur" étant celle d'une personne sans les connaissances propres du commerçant de bourse, (nommé trader) ; dans l'art d'administrer, (cela n'engage que moi) la seule et unique manière d'administrer un domaine correctement relève de la connaissance exacte du sujet. La nouvelle culture d'un système pro libéral, néglige voir méprise, le savoir faire, l'expérience et les connaissances intimes dans la production en générale, au nom de pseudo-standards que de standards ont juste le nom. Des individus d'une vanterie que d'égale non que la puérilité, fabulent au-delà de leurs capacité, et deviennent des hauts responsables, qu'en fin de comptes sont très loin de l'être. Par preuve, le triste cas qui restera pour tant célèbre jusqu'au prochain, puisque la somme vis-à-vis d'antérieurs fais rester en deuxième place derrière le cas de la BCCI une banque de commerce et crédit international présente sur plus de 60 pays ; disparue en 1991 après avoir fraudé pour 6.7 milliard d'euros. Dans le cas du présumé coupable monsieur Kerviel, nous parlons de 31.56% du total des pertes du monde des finances depuis 1991.

Messieurs du beau monde des décideurs, le but ultime étant la rentabilité, cela dit deux milliards, plus 4.9 milliards plus six cent mille euros cela fait sept milliards et demi d'euros, si l'on croit bien monsieur le directeur de la S.G devant les journalistes. L'équivalent à quelque chose près de la moitié de la rubrique transport ville et logement dans les dépenses de la France en 2007, à cette échelle est nécessaire monter pour avoir une idée, car face au salaire d'un SMICAR à 1280,7€/mois vivant en moyenne 63 ans il faudra 7 746 vies pour atteindre les 7 et demi milliards d'euros.

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

0 comentarios

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres