Blogia
gramophone

HERNANDO GONZALES ACOSTA

Titre : RIO CHIQUITO

 http://www.dailymotion.com/video/xvypb_origenes-de-las-farc  

Un film réalisé en 1965 pour des Français

 

Jean Pierre SERGET et Bruno MUEL

 

En hommage à Hernando GONZALES ACOSTA universitaire et dirigent de la Jaunasse Communiste mort dans un attaque réalisé par l'armée colombienne le 22 septembre 1965 alors qu'il retourné d'une mission que consisté à sortir vivants des combats les documentalistes français. Les documents nous fait revivre les origines des FARC – E P (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie et EJERCITO Populaire)

 22 septiembre 1965 

Traduction de l'espagnol de votre serviteur :

 

Nestor Elias RAMIREZ JIMENEZ dit GRAMOPHONE

 

Nota préliminaire:

 

Sans la moindre intention de faire une apologie ou plaidoyer d'une quelconque organisation et moins encore d'une conception philosophique de la société.

 

Sans la moindre intention d'apporter un appui délibéré à une quelconque organisation, le document d'anthologie à continuation permets de se faire une idée de l'origine du groupe nommé Force Armée Révolutionnaire de Colombie FARC

 

Il me reste à signaler : que le gouvernement colombien, depuis que la république existe, mais ici depuis les années cinquante, a l'habitude de assassiner les leaders de l'opposition.

 

J'ai l'intime conviction que vouloir garder impuni un tel acte sur des millions de syndicales, leaders du Communisme,  Le Front Patriotique, Le M-19, est une grave erreur politique.

 

"Qui sème le vent récolte des tempêtes" : à la mémoire de JORGE ELIECER GAITAN, LUIS CARLOS GALAN et les milles de syndicaux tues en Colombie.

  

Depuis 1948 la violence s'impose sur le sol colombien, incendies, pillages, violations et assassinats sont imposés pour les plus forts qui en suite s'approprient des parcelles abandonnées.

 

Près d'un demi-million de mort est le solde de cette guerre enclenché par les classes dominantes, le parti communiste de Colombie organisa la réponse à cette barbarie, su consigne d'autodéfense (défaut de son) face aux massacres fut accueilli par les paysans qui prirent les armes et occupèrent terres qu'on su cultiver et défendre. Ainsi sont nées et se sont multipliées  les zones d'autodéfense appelles par ses ennemis "Républiques indépendantes".

 

RIOCHIQUITO (petit fleuve) été une de ces zones, jusqu'à sa fait peu de temps près de trois mil familles vivent ici, mais l'année dernière une zone vaccine "MARQUETALIA" a été attaqué par les tropes régulières, après MARQUETALIA  les canons de l'armée ont pour cible "RIOCHIQUITO"  aujourd'hui la majorité de la population a été déjà évacuée, mais les préparatifs militaires n'empêchent la formation politique Hernando Gonzales continue ce travail entre les paysans qui restent

 

Nous avons aussi vu, qu'à force que le budget de guerre continue d'augmenter également le budget de l'éducation continue d'être réduit, du fait dans des zones comment celle-ci, zone très étendue, dans beaucoup de kilomètres à la ronde, nous ne trouvons une école, et quand il s'agit de trouver une maitresse d'école ou un local pour l'école, se fait fondamentalement avec l'effort du collectif par l'effort des paysans, par l'effort des gens  qui sont qui doivent payer de leur salaires, payer les maitres, payer les personnes avec la capacité de effectuer cette mission dans le plan éducatif. Nous pouvons voir comme le gouvernement se trouve intéressé en réduire dans l'analphabétisme,  la misère chaque fois plus les paysans, alors que se malversent millions et millions de $ en répression, en salaire de police, de l'armée et des services secrets.

 

En septembre de 1975 la zone de autodéfense de RIOCHIQUITO commémore ces quinze ans et déjà elle est prévu sa prochaine disparition.  Vingt postes militaires encerclent la Valle du Cauca, RIOCHIQUITO au pied de la Cordillère n'est ni la guerre ni la paix, pas encore la paix, mais pas vraiment la guerre, c'est une étape de transition entre l'autodéfense et le groupe guérilléro

 

Pour les enfants nettoyer les armes n'est pas un jeu  est un apprentissage, la guérilla est chose sérieuse, toutes les armes ont été arrachés en combat à l'armée régulière, chaque arme est une victoire conquise, est un neuve combattent, est la promesse de futures victoires plus faciles.

 

Parmi les hommes de RIOCHIQUITO, MARQUETALIA, EL PATO, SUMAPAZ, beaucoup portent les armes depuis quinze ans, le gouvernement affirme que sont des délinquants et offre grandes somme d'argent pour les têtes des leaders paysans.

 

Membre du Comité Central du Parti Communiste de Colombie, Manuel MARULANDA VELEZ c'est converti dans l'ennemie publique numéro un du gouvernement Colombien, pour sa très longue résistance de l'année passé (1964) à MARQUETALIA

 

Voix de Manuel MARULANDA VELEZ

 

"Naturellement la radio, la presse, parlée et écrite, ne fait rien de plus que calomnier les hommes révolutionnaires, les médiats (la presse parlée et écrite) reste un médiat qui à pour but publicité pour ternir l'image de la lutte révolutionnaire et des hommes qu'affrontent le gouvernement.

 

En 1962 le gouvernement a agressé encore la région de MARQUETALIA, moyennement la résistance des paysans et un grande solidarité favorisé par le parti dans les villes, s'est obtenu que les forces militaires abandonnent la région. En 1964 insiste le gouvernement en déclenchant une nouvelle persécution avec un total de seize mille hommes pour anéantir totalement l'organisation que se trouvé ici, mais se affronté à la résistance des paysans et en lieu de l'anéantir à fait que le mouvement s'élargie et fortifié plus encore puisqu'en juin de 1964 a été crée un programme dans lequel s'a donné à connaître à l'opinion publique, au quel ont adhéré autres mouvements révolutionnaires qui sont d'accord et nous continuons à nous battre pour ce programme tous ensemble".

 

Le programme de MARQUETALIA est un programme de révolution agraire radicale; "la terre saura pour ceux qui la cultivent, puisque les choses appartiennent à qui par leur travail l'améliorent, mais dans un pays dans lequel trois pour cent des propriétaires possèdent soixante pour cents des terres cultivables plus le pouvoir politique, la lutte pour la justice sociale s'appelle subversion et la subversion et voué à l'écrasement. Depuis deux ans Max DERANTAL de l'armée colombien est dédié à des opération nommées de épuration dans l'état majeur, prétexte liquider la délinquance, objectif réel détruire le mouvement révolutionnaire, empêcher qui se développe pacifiquement.

 

Le bombardement du village a commencé à six heures de matin, en finissant vers les trois heures de l'après-midi ne reste rien du village, le jour suivant l'armée régulière colombienne a hissé le drapeau national sur les ruines fumantes et a publié un acte de victoire "Mission accomplie, RIOCHIQUITO a été réintégré à la vie nationale". Pour le fondateur de RIOCHIQUITO comandant Cyro TRUJILLO CASTAÑO le combat a peine vienne de commencer.

 

Voix de Cyro TRUJILLO CASTANO

 

"Du point de vu militaire subversif à présent dans la région, puisque le mouvement est un mouvement de autodéfense, dès l'entrée de l'armée régulière, se transforme en mouvement guérillero, qui appliquerait les tactiques et la stratégie plus combatif face aux forces régulières du Front officiel, parce qu'il y preuves que avec toutes les stratégies, l'expérience et démagogie est incapable de anéantir les forces subversives, nous avons une expérience de quinze années de lutte, qui font que le mouvement guérilléro soit un mouvement fort, capable et dynamique pour combattre les forces régulière de la Colombie".

 

Le bombardement n'a pas cause victimes, ni morts, ni blaisés, mais il faut sortir de la vallée; en bas se trouve l'armée régulière, en haut la montagne et son manteau de selve, en bas la mort sur pour les paysans, l'armée fusille sans formule de jugement, en haut, l'exode, une marche sans fin, un avenir incertain, mais pour le moment c'est la sécurité.

 

Il n'est s'agit pas de livrer une guerre de positions, le premier allié des subversives reste la mobilité, les contre attaques effectues dans l'excessif tissu de racines, branches et lianes sont efficaces et mortifères; si l'armée régulière réussi à occuper la partie basse de la vallée, reste impossibilité pour continuer à avancer puisque le second allié des subversifs est leur parfait connaissance du terrain.

 

Dessous le manteau de la jungle, là où n'arrivent les observations aériennes ni las patrouilles de l'armée, ces paysans redémarrent une nouvelle vie, hommes, femmes, enfants refuges ici, sous la protection des subversifs, ont tout abandonné, la première règle est survivre.  L'armée à renoncé a avancer, leur tactique reste simple "entourer" dans cette jungle il n'y a pas de ressources alimentaires, et pour tant cinq cents bouches qu'il est nécessaire d'alimenter, quand la dernière vache ait été sacrifié, quand le dernier épi de maïs ait été égrainée alors la sortie saura inévitable, l'armée attend, malgré tout il n'y à pas site qui ne puisse résister, ni clôture qui ne puisse être trouée, le voyage saura long et fatigant mais tout le monde sortira, los "guérilléros" l'ont promis.

 

Dans le visage des femmes peu se lire la fatigue également la tristesse, jamais le désespoir, Ces familles sont les mêmes que cela fait quinze années ont été expulsées de leurs parcelles de terrain par la violence alors ont combattu jusqu'à la chute de la dictature militaire et on coquerie une parenthèse de paix, cinq ans de paix dans une si petite vallée fertile, sont une fortune pour un pauvre paysan de la Colombie, cinq ans non pas de richesses, simplement de paix, mais la paix n'existe pas en Colombie pour les pauvres.

 

Peut-être, pour cela hommes tenaces et disciplinés, combattent obscurément depuis tant d'années, parce qu'ils ont une certaine idée de la justice.

 

Intervention orale

 

Ordre du jour pour aujourd'hui Dimanche 19 de septembre de 1965 pour l'assemblée général du détachement S

 

Premier: informe sur unification a charge de Manuel MARULANDA VELEZ

 

Second : vers un seul état majeur du bloc sud à charge du camarade Cyro TRUJILLO

 

Tercio : sur la propagande de l'ennemi, la corruption du système et les perspectives du mouvement révolutionnaire a la charge du camarade Jacob ARENAS

 

M. MARULANDA V. : camarades vous tous vous aurait lu la dernière feuille de propagande qui a lancée l'aviation du gouvernement, en synthèse le communiqué affirme que le glorieux Parti Communiste nous a abandonné dans cette juste lutte dans laquelle nous nous sommes engagé pour abattre le régime et pour l'instauration en Colombie d'un gouvernement populaire de libération national mais c'est pas ainsi comment la propagande réactionnaire du gouvernement, propagande gay des chefs militaires l'affirment dans ces feuilles, Non! Le comité central du parti, nous accompagne et pas seulement puisqu'il dirige l'action héroïque des combattants de la  résistance et pour cela nous nous faisons tuer luttant pour la cause juste de notre peuple, parce nous savons que l'orientation qu'incarne la ligne politique de notre parti est une orientation conséquente, une orientation juste, une orientation intéressée à finir dans notre pays avec l'exploitation, la misère, la faim, la terreur et la guerre.

 

L'armée régulière a entrée finalement dans la jungle mais ces mailles restent vides, paysans et guérilléros on percé la clôture, ont traversé la jungle et retourné pour redémarrer le combat sur les terres que depuis long temps leurs ont été arraché par la violence. La lutte continu, objectifs la libération national et le pouvoir pour le peuple, comme hier dans la SIERRA MAESTRA (Cuba) comme aujourd'hui au Vietnam, Venezuela ou Guinée

 

Photographie : BRUNO  MUEL

Montage : GUY DEVART

Dialogue : Santiago SOLARTE

Réalisation : Jean Pierre SERGENT

Production : DOVIDIS

    

   
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres
¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres

0 comentarios

¿Y esta publicidad? Puedes eliminarla si quieres